changer statut micro-entreprise

Créer une micro-entreprise est très simple. Les démarches s’effectuent en quelques clics et la gestion au quotidien est à la portée de tous. Mais comment faire le jour où votre activité prend de l’ampleur pour fonder une entreprise de plus grande envergure ? Quel statut choisir, comment s’y prendre et avec quelles conséquences ? Voici ce que vous devez savoir pour changer de statut en toute sérénité.

Pourquoi quitter le statut de micro-entrepreneur ?

Bien que le statut soit très simple à gérer, votre marge de manœuvre est limitée, notamment en termes de plafond de chiffre d’affaires.

Pour rappel, voici les plafonds actuellement en vigueur :

  • 176 200 euros pour les activités de vente de marchandises, objets ou denrées et la fourniture de logements ;
  • 72 600 euros pour les prestations de services relevant des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) et les professions libérales relevant des bénéfices non-commerciaux (BNC).

Changer de statut implique tout d’abord la création d’une personne morale : ce n’est pas une simple « bascule » d’un statut à un autre, mais une modification qui se traduit concrètement en deux étapes : la cessation de votre micro-entreprise, puis la création d’une nouvelle société.

Quel statut choisir pour votre société ?

Différentes formes de sociétés commerciales sont possibles. Selon le statut juridique que vous choisissez, les règles de fonctionnement peuvent différer, ainsi que les conséquences sur la responsabilité juridique de leurs associés. En voici un aperçu.

📒 La Société à Responsabilité Limitée

La SARL est la forme la plus courante et la structure la plus simple à créer. Elle nécessite toutefois la présence d’au moins deux associés (sauf hypothèse société à responsabilité limitée à associé unique – EURL) ainsi que le dépôt d’un capital.

📒 La Société par Action Simplifiée

Si le cadre de la SAS offre davantage de souplesse que celui de la SARL, son principal inconvénient réside dans la complexité de ses formalités de gestion.

📒 La Société par Action Simplifiée Unipersonnelle

Il s’agit de l’équivalent de la SAS dans le cas où vous souhaitez rester seul à gérer votre entreprise. 

📒 La Société Anonyme

La création d’une SA est pertinente pour les projets importants, puisqu’elle permet une cotation en bourse et des apports industriels conséquents. Notez que le capital minimum pour sa création est de 37 000 euros.

📒 L’Entreprise Individuelle

L’EI correspond à une forme « évoluée » de micro-entreprise, dans la mesure vous êtes le seul dirigeant, votre chiffre d’affaires n’est pas limité et où vous ne faites qu’un avec votre entreprise. Vous avez en revanche l’obligation de suivre une comptabilité rigoureuse.

📒 L’Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée

L’EIRL est très proche de l’EI, à ceci près qu’elle vous permet de séparer votre activité d’entrepreneur individuel et votre patrimoine personnel. En cas de difficultés de trésorerie, vos biens personnels sont ainsi protégés.

La constitution d’une société est donc assez complexe et nécessite des connaissances juridiques solides, ou, à défaut, un accompagnement par un professionnel.

👉 Si vous êtes dans cette situation, je vous invite à me contacter pour que nous échangions à propos de votre projet !